Plus de triclosan dans vos produits de rasage !

imagesCAAFCTLEUne étude de l’observatoire des cosmétiques.

Messieurs, vérifiez les étiquettes de vos mousses à raser et baumes après-rasage. Formulateurs, revoyez les compositions de ces produits. Le triclosan, pourtant jusqu’alors couramment utilisé dans ces catégories de cosmétiques, doit en être banni. Une décision prise par la Commission européenne pour préserver la sécurité et la santé des consommateurs.

Le triclosan a une longue histoire faite de suspicions et de doutes quant à sa toxicité pour la santé. Irritant, sensibilisant, suspecté d’agir en perturbateur endocrinien, il est aussi mis en cause pour sa capacité à induire des résistances de certaines bactéries, du même type que celle qui s’est développée aux antibiotiques (voir à ce sujet l’article L’ingrédient du mois : le Triclosan). Après plusieurs années d’études scientifiques et d’alertes lancées par les chercheurs et les associations de consommateurs, les évaluations menées par le Comité d’experts européen en charge de la sécurité des consommateurs (CSSC) sont arrivées à leur terme. Conclusion : du fait de l’exposition cumulée, l’utilisation continue du triclosan représente un risque pour les consommateurs. Il ne sera donc plus dorénavant autorisé que dans une liste restreinte de catégories de produits cosmétiques, et notamment interdit dans tous les produits de rasage.

L’antibactérien surpuissant

Jusqu’à présent, ce conservateur était couramment utilisé pour ses propriétés d’antibactérien très efficace. On le retrouvait ainsi principalement dans les savons assainissants ou dans les déodorants et les antitranspirants (pour lutter contre les bactéries responsables de la mauvaise odeur de la transpiration). Dans ces deux catégories de cosmétiques, comme dans les dentifrices, son utilisation continuera d’être autorisée.

Il était également particulièrement présent dans les produits de rasage et d’après-rasage, où son rôle était de prévenir les proliférations bactériennes secondaires aux éventuelles microcoupures causées par la lame du rasoir. Microcoupures qui représentent aussi une voie facilitée de pénétration de la substance à risque dans l’organisme. Et c’est ce risque-là que la Commission européenne a décidé de supprimer, avec la publication d’un règlement (n° 358/2014) interdisant l’utilisation du triclosan dans les produits de rasage. Ceux-ci ne figurent en effet pas dans la liste des catégories de produits où ce conservateur sera toujours admis (voir cette liste dans l’article Réglementation : moins de parabènes et de triclosan dans nos cosmétiques).

Délai d’application, reformulations… et attention !

Comme tous les textes européens, celui-ci prévoit un délai pour que l’industrie cosmétique ait le temps de se mettre en conformité avec les nouvelles dispositions de la réglementation. Plusieurs laboratoires interrogés par L’Observatoire des Cosmétiques ont confirmé que les reformulations des produits étaient déjà en cours, et que de nouvelles gammes seraient prêtes dans les temps.

Car ce règlement 358/2014 entrera en application le 30 octobre 2014 : à cette date, plus aucun nouveau produit contenant du triclosan ne pourra être mis sur le marché. Mais les anciens produits, déjà commercialisés, pourront, eux, continuer de l’être jusqu’au 30 juillet 2015 ! Et pendant cette période, allant de 6 mois à plus d’un an, les consommateurs continueront donc à pouvoir acheter des produits de rasage contenant du triclosan, alors que cette substance a été jugée suffisamment dangereuse pour y être interdite !

Que faire durant ce laps de temps pour prendre les devants sur l’application du texte et assurer soi-même sa sécurité face à ce risque dorénavant avéré ? Pas d’autre solution pour les consommateurs que de vérifier les listes d’ingrédients de leurs cosmétiques quotidiens. On le rappelle : elles doivent figurer obligatoirement sur les packagings des produits, et mentionner, dans leur ordre décroissant d’importance, toutes les substances entrant dans leur composition. Il est facile d’y repérer ce conservateur amené à disparaître, il est indiqué sous l’appellation : Triclosan.

© L’Observatoire des Cosmétiques

 

Publicités